18/02/2014

Photos Haltinne

-------Message original-------
 
Date : 17/02/2014 17:46:17
Sujet : Bjr Jacques, Je viens de t'envoyer des photos...
 
Jean-Marie Keymolen a partagé un album avec vous.
Bjr Jacques,
Je viens de t'envoyer des photos via Picasa 3. Je le fais à prst via Google +. Est-ce que ce dernier système marche mieux que le précédent pr insertion sur le blog AR ? Merci de me donner réponse.
Bonne journée. Amicalement, JM
 
11 photos dans cet album
image non affichée

Afficher l'album
Un e-mail peut être librement partagé. Par conséquent, choisissez soigneusement les personnes avec qui vous le partagez.
Jean-Marie Keymolen a partagé ce contenu avec vous. Masquer Jean-Marie Keymolen pour cesser de recevoir des notifications de sa part. Masquer les mises à jour de ce post. Cette notification a été envoyée à bertrandja@skynet.be. Pour mettre à jour votre adresse, accédez aux paramètres d'envoi des notifications. Gérez vos abonnements pour définir les types d'e-mails que vous voulez recevoir de Google+.
Vous ne pouvez pas répondre à cet e-mail. Affichez le post pour ajouter un commentaire.
Google Inc., 1600 Amphitheatre Pkwy, Mountain View, CA 94043 USA
 

03:31 Écrit par Les organisateurs dans Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Commentaires de Jean-Marie

Date : 17/02/2014 17:00:33
Sujet : commentaires de la rando AR du 16 février 2014
 
Commentaires de la rando AR du 16 février 2014 par Jean-Marie, le guide
 
Le mois dernier, j’avais averti les randonneurs intéressés du changement de date : au lieu du 23 février, la rando mensuelle aurait lieu le 16.
La météo avait annoncé un temps mi-figue mi-raisin, ce qui a sans doute découragé plus d’un participant potentiel. A l’inverse de ces prévisions pessimistes, nous avons bénéficié d’un ensoleillement agréable qui nous a permis de découvrir, sous une belle lumière, des paysages condruziens regorgeant de “tiges” et de “chavées”.
Le point de départ – l’église d’Haltinne – n’était pas tellement simple à trouver car on pouvait la confondre avec celle de Strud, un de ses hameaux. C’est ce qui explique le retard d’une participante.
Nous partons donc avec 20 bonnes minutes de retard sur l’horaire prévu. Nous quittons l’édifice religieux, bâti sur un socle de pierre datant de 1050 environ, par la rue de Haltinne, en direction de Strud. 100 mètres plus loin, nous abandonnons l’asphalte pour un beau chemin empierré, à la fois campagnard et forestier, suivi par des sentiers aux revêtements divers, qui vont nous mener, via le hameau de Muache, jusqu’au village de Strud dont l’église, de style roman, date du 11e siècle.
Nous quittons la localité (dont le nom vient du ruisseau qui la traverse : le  Struviaux) par la rue de Bonneville que nous délaissons, après quelques hectomètres de montée, pour la rue des Raspailles qui nous offre une belle vue panoramique sur Strud. Après un calvaire, nous empruntons la rue du Piroy, relayée par une sente entre prés (champs) et bosquets qui nous permet de contourner des bois privés.
Les grosses pluies des semaines précédentes ainsi que le passage d’engins surdimensionnés ont transformé d’agréables sentiers en d’infâmes pataugeoires dans lesquelles il n’est pas rare de s’enfoncer jusqu’à hauteur des bottines. Après quelques kilomètres, nous passons devant une belle chapelle en pierre calcaire dédiée à N-D de Bon Secours, au lieu-dit “Fond del Core”. Là, nous obliquons à gauche vers Goyet. Avant d’arriver dans cette localité, nous tournons à gauche et traversons un bois. Quelques centaines de mètres après, l’allée forestière se transforme en servitude descendant entre des propriétés.
A la jonction avec une petite rue asphaltée, nous obliquons vers la droite pour gagner la chaussée de Gramptinne sur laquelle nous cheminons pendant 300 m environ avant d’atteindre notre abri de la mi-journée, face au parking des Grottes préhistoriques de Goyet.
Après avoir dégusté notre pique-nique tiré du sac à dos, nous entamons la 2e partie de notre rando. Nous revenons sur nos pas
jusqu’au moment où nous rejoignons le point de jonction entre une servitude passant entre des propriétés et une petite rue asphaltée (voir plus haut). Nous suivons alors le balisage du GR 575/576 qui, après nous avoir fait traverser une splendide forêt,
nous amène sur les hauteurs de Strud.
Nous descendons jusqu’au carrefour avec la route d’Haltinne. Nous traversons tout droit et suivons les directions “Gesves, Haut-Bois, Courrière, Faulx-Les-Tombes”. Nous cheminons alors rue de Strud. Aux 2 carrefours suivants, nous prenons, à chaque fois, vers la gauche. Nous empruntons ainsi la rue de Bounon qui, au sommet d’une côte, rejoint la rue de Labas sur laquelle nous tournons à gauche.
Peu après avoir franchi le “Noir Ry”, nous aboutissons à un nouveau carrefour. Nous tournons à gauche puis à droite au croisement suivant. Nous marchons ainsi dans le hameau de Labas, déjà mentionné en 1343 ; nous ne tardons pas à passer, au cours d’une rude montée, devant un manoir remontant à 1645.
Peu après, nous empruntons une “variante GR” dont le balisage est aux 3/4 effacé. Ce chemin, difficile à cause de la boue accumulée, nous amène à un carrefour avec une rue asphaltée de Haut-Bois. Nous l’empruntons vers la gauche pendant une vingtaine de mètres puis nous cheminons, en tournant à droite, sur une allée qui, dans un 1r temps, sépare bois et champs, et qui, plus loin, entre plus franchement dans les bois.
En quittant ces derniers, le chemin suivi se transforme en une sorte de fagne. Peu après, nous arrivons à un carrefour avec une large allée empierrée que nous suivons vers la gauche. Aux 2 bifurcations qui suivent, alors que l’empierré s’est transformé en asphalte, nous poursuivons tout droit. Au 3e embranchement, nous obliquons à gauche et ne tardons pas à rejoindre notre point de départ.
Si certain(e)s d’entre nous s’en retournent chez eux, 7 randonneuses et randonneurs décident de prendre le verre de l’amitié et de partager le repas du soir dans un resto d’Andenne. Une fois de plus, cette journée s’est passée dans un climat amical qui fait chaud au cœur.
La prochaine rando aura lieu le 30 mars et partira de Sautour. De plus amples renseignements à ce sujet seront fournis au cours du prochain mois.

03:17 Écrit par Les organisateurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Haltinne par Jean-Marie

Photos d'Haltinne par Jean-Marie

 

 

https://plus.google.com/photos/104930858182448733361/albu...

03:14 Écrit par Les organisateurs dans Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/02/2014

dimanche 16 février 2014

 

 

 

Randonnée du dimanche 16 février 2014

 

Thème : Les vallées du Strouvia et du Samson

 

Départ : 10h45 sur le parking jouxtant l’église d’Haltinne, route éponyme.

 

Bref descriptif de la rando :

Peu après le départ, nous franchirons le Ruisseau de la Campagne puis, via Muache, nous gagnerons le nord de Strud où, après avoir brièvement cheminé vers Bonneville, nous nous dirigerons vers Thon. Après environ 2,5 km, nous arriverons à un carrefour en croix bordé par une charmante chapelle où nous obliquerons vers Goyet et ses Grottes préhistoriques. C’est aux abords de celles-ci que nous ferons la pause de la mi-journée. Après le repas, grâce à de beaux chemins forestiers, nous reviendrons à Haltinne via le sud de Strud et une variante du GR 575.

 

Longueur totale du circuit : 16 km environ ; dénivelée moyenne.

 

Pique-nique de « midi » : vers 13h30, RV sur le parking des Grottes de Goyet, rue du Strouvia, où il sera possible de rejoindre le groupe pour la boucle de l’après-midi.

 

Retour aux voitures :vers 17h30

 

Participation aux frais : 6 euros par adulte.

 

A ne pas oublier : vos boissons, votre pique-nique de « midi » et, pourquoi pas, un petit truc à partager (apéro, friandises …)

 

Remarque : après rando, possibilité de resto à prix démocratique.

 

Rappels :

  • Nous demandons la tenue en laisse des chiens tout au long de la balade et une progression silencieuse dans les bois.

  • L’organisateur ou toute autre personne ne pourra être tenu pour responsable en cas d’accident, l’activité se déroulant aux risques et périls des participants.

 

Pour en savoir plus sur les activités d’Amitié et Randonnée :

http://amitie-et-randonnee.skynetblogs.be/

 

Responsables :

Jean-Marie : 0477/ 78 98 06 ; Jacques : 0495/ 77 39 63

11:05 Écrit par Les organisateurs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Rando du 16 février

Compte rendu de la rando AR du 26 janvier 2014 par Jean-Marie, le guide

 

Pour cette 1re balade de la saison 2014, j’ai fixé RV aux participants sur le parking de la taverne « L’Embuscade », à Boninne, le long de la route Namur – Hannut. A 11h, nous sommes 13 et nous partons après que j’aie donné quelques explications sur les curiosités à voir et le déroulement de la journée.

Nous longeons la N 80 pendant quelques centaines de mètres puis, à hauteur d’une boulangerie-pâtisserie, nous la quittons pour la rue des Inhauts, parallèle à la N 80 mais beaucoup plus calme et permettant de nous faire une idée sur le genre de paysage que nous traverserons durant la balade.

La rue effectue une boucle puis rejoint la N 80. Nous la suivons sur environ 100 m puis nous la quittons pour emprunter un chemin herbu entre de belles campagnes qui, en 1 km environ, arrive à Gelbressée.

Après avoir emprunté, pendant un court moment, la rue asphaltée reliant Gelbressée à Marche-les-Dames, nous devons traverser la N 80 au trafic dense. Cette opération délicate achevée, nous empruntons une ruelle en cul-de-sac avec le ru « La Gelbressée » coulant à notre droite. Après avoir franchi le cours d’eau grâce à une passerelle en béton, nous cheminons sur une petite rue qui descend vers la route reliant Gelbressée à la N 80.

Nous la traversons et nous engageons, juste en face, sur un petit escalier suivi d’un sentier herbu en montée, bientôt relayé par une venelle bétonnée. Quelques décamètres plus haut, à un petit carrefour en Y devant une maison en grès, nous allons tout droit. Un pittoresque petit sentier aboutit à une allée gravillonnée menant à une maison. Nous tournons à gauche. Au carrefour avec une rue asphaltée, nous tournons à droite et descendons vers…la N 80.

Nous la traversons à nouveau pour emprunter le « Chemin du Raidillon », au nom évocateur. Après une belle grimpette, le chemin change de revêtement puis descend vers la rue de Gelbressée. A la jonction, nous tournons à gauche et montons. Au carrefour en croix sommital, nous tournons à droite et empruntons une belle allée forestière (hélas défoncée par le passage de lourds engins forestiers) qui nous permet d’arriver à la jonction avec la route Gelbressée – Marche-les-Dames.

Nous tournons à droite, franchissons la Gelbressée grâce à un ponceau puis empruntons le 2e sentier à gauche.

Au bout de quelques hectomètres, nous longeons les palissades clôturant la propriété de l’ancienne abbaye N-D du Vivier, laquelle vaut le coup d’œil. Le sentier suivi en longe les murs puis arrive à un beau carrefour en face de la maison d’un garde forestier. Nous tournons à gauche, franchissons un pont au-dessus de la Gelbressée.

A la jonction avec la route Gelbressée – Marche-les-Dames, nous tournons à droite. En cours de route, nous délaissons la route menant à Wartet, longeons les installations du « Camp Commando » de Marche-les-Dames. C’est le moment, pour moi, de donner quelques explications sur le « château d’Arenberg » qui sert de PC au régiment.

Un peu plus loin, une petite route, à gauche, passe entre des falaises dolomitiques et l’arrière de quelques propriétés. Nous la suivons. C’est là que, selon une tradition désormais bien établie, nous prenons l’apéro. Dans ce but, j’ai préparé du vin chaud qui fait beaucoup de bien en cette saison. 100 mètres plus loin, nous entrons, par la terrasse arrière, dans l’établissement « La Féraugière » dont les patrons nous ont réservé une belle salle où nous mangeons de bon appétit les victuailles que nous avons apportées. Nous avons parcouru environ 7 km. Une randonneuse nous rejoint pour la boucle de l’après-midi.

Après le repas, avant de repartir, j’informe les patrons de l’auberge que nous serons 6 à venir souper. Et nous voilà en route pour la 2e partie de notre périple.

Nous faisons d’abord en sens inverse le chemin qui relie l’auberge de la Féraugière au carrefour tout près de la maison d’un garde forestier, précédemment évoqué. A ce croisement, nous obliquons à gauche et entrons dans la forêt domaniale de Marche-les-Dames. Dans le 1r tournant à droite, nous prenons le 3e sentier à gauche, en forte montée. Très vite, les calories accumulées pendant le repas s’évacuent.

Après une solide grimpée, nous suivons, dans un 1r temps, une balise locale « rectangle bleu » que nous abandonnons, momentanément, au profit d’un balisage jaune, identique à celui employé dans les « PR » en France. Nous arrivons bien vite en bordure de falaise d’où, à 2 reprises, nous profitons de magnifiques vues sur la vallée de la Meuse avec, à main gauche, les carrières de Wartet ; en face de nous, le village de Bossimé ; à main droite, Beez : son port de plaisance, son chantier de constructions navales et son viaduc autoroutier.

Nous continuons à suivre ce sentier de crête jusqu’à ce qu’il devienne dangereux à emprunter. Nous gagnons alors une allée plus large mais défigurée par des engins forestiers surdimensionnés. Après quelques hectomètres, nous passons au large du mur d’enceinte hémisphérique indiquant le site d’où, le 17 février 1934, le roi Albert I fit une chute mortelle.

Peu après, au pied d’un balisage « rectangle bleu », nous allons tout droit et entamons rapidement une descente acrobatique à travers une pente raide en direction d’une large allée forestière à laquelle nous arrivons non sans mal. Après avoir bu et nous être reposés quelque peu, nous suivons la large allée forestière dans le sens de la montée.

Sans nous laisser distraire par les voies latérales, nous arrivons, au sommet, à un carrefour multidirectionnel. Nous empruntons le 2e chemin à gauche, toujours aussi défoncé que les précédents. Après environ 1 km, nous arrivons à un carrefour en croix. Nous continuons tout droit. Nous agissons de même au croisement suivant. Bien vite, à main droite, nous apercevons des campagnes et les premières maisons de Boninne.

300 m après, le chemin (boueux) suivi tourne à 90° vers la gauche et arrive à un carrefour. Nous prenons à droite. A son terme, ce petit chemin, qui s’est mué en servitude entre des propriétés, aboutit à une rue asphaltée de Boninne. Nous tournons à gauche.

Après environ 80 m, nous arrivons à une nouvelle bifurcation. Nous allons à droite et apercevons nos voitures qui nous attendent sagement. Nous avons ainsi parcouru 15 km en tout. Au moment où nous réintégrons nos voitures, la pluie se met à tomber.

Celles et ceux qui le veulent viennent prendre un verre à « La Féraugière ». Comme je l’ai mentionné plus haut, 6 participants décident de prolonger la journée par un repas festif pris dans le même établissement, à l’incomparable rapport qualité/prix.

 

Avertissement : Contrairement à ce qui est mentionné dans le calendrier déjà envoyé, la prochaine rando se déroulera le 16 février (et non le 23 comme annoncé) au départ de l’église d’Haltinne.

11:02 Écrit par Les organisateurs dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2014

Commentaires de Jean-Marie, le guide

Compte rendu de la rando AR du 26 janvier 2014 par Jean-Marie, le guide

 

Pour cette 1re balade de la saison 2014, j’ai fixé RV aux participants sur le parking de la taverne « L’Embuscade », à Boninne, le long de la route Namur – Hannut. A 11h, nous sommes 13 et nous partons après que j’aie donné quelques explications sur les curiosités à voir et le déroulement de la journée.

Nous longeons la N 80 pendant quelques centaines de mètres puis, à hauteur d’une boulangerie-pâtisserie, nous la quittons pour la rue des Inhauts, parallèle à la N 80 mais beaucoup plus calme et permettant de nous faire une idée sur le genre de paysage que nous traverserons durant la balade.

La rue effectue une boucle puis rejoint la N 80. Nous la suivons sur environ 100 m puis nous la quittons pour emprunter un chemin herbu entre de belles campagnes qui, en 1 km environ, arrive à Gelbressée.

Après avoir emprunté, pendant un court moment, la rue asphaltée reliant Gelbressée à Marche-les-Dames, nous devons traverser la N 80 au trafic dense. Cette opération délicate achevée, nous empruntons une ruelle en cul-de-sac avec le ru « La Gelbressée » coulant à notre droite. Après avoir franchi le cours d’eau grâce à une passerelle en béton, nous cheminons sur une petite rue qui descend vers la route reliant Gelbressée à la N 80.

Nous la traversons et nous engageons, juste en face, sur un petit escalier suivi d’un sentier herbu en montée, bientôt relayé par une venelle bétonnée. Quelques décamètres plus haut, à un petit carrefour en Y devant une maison en grès, nous allons tout droit. Un pittoresque petit sentier aboutit à une allée gravillonnée menant à une maison. Nous tournons à gauche. Au carrefour avec une rue asphaltée, nous tournons à droite et descendons vers…la N 80.

Nous la traversons à nouveau pour emprunter le « Chemin du Raidillon », au nom évocateur. Après une belle grimpette, le chemin change de revêtement puis descend vers la rue de Gelbressée. A la jonction, nous tournons à gauche et montons. Au carrefour en croix sommital, nous tournons à droite et empruntons une belle allée forestière (hélas défoncée par le passage de lourds engins forestiers) qui nous permet d’arriver à la jonction avec la route Gelbressée – Marche-les-Dames.

Nous tournons à droite, franchissons la Gelbressée grâce à un ponceau puis empruntons le 2e sentier à gauche.

Au bout de quelques hectomètres, nous longeons les palissades clôturant la propriété de l’ancienne abbaye N-D du Vivier, laquelle vaut le coup d’œil. Le sentier suivi en longe les murs puis arrive à un beau carrefour en face de la maison d’un garde forestier. Nous tournons à gauche, franchissons un pont au-dessus de la Gelbressée.

A la jonction avec la route Gelbressée – Marche-les-Dames, nous tournons à droite. En cours de route, nous délaissons la route menant à Wartet, longeons les installations du « Camp Commando » de Marche-les-Dames. C’est le moment, pour moi, de donner quelques explications sur le « château d’Arenberg » qui sert de PC au régiment.

 

100_0398.JPG

 

Un peu plus loin, une petite route, à gauche, passe entre des falaises dolomitiques et l’arrière de quelques propriétés. Nous la suivons. C’est là que, selon une tradition désormais bien établie, nous prenons l’apéro. Dans ce but, j’ai préparé du vin chaud qui fait beaucoup de bien en cette saison. 100 mètres plus loin, nous entrons, par la terrasse arrière, dans l’établissement « La Féraugière » dont les patrons nous ont réservé une belle salle où nous mangeons de bon appétit les victuailles que nous avons apportées. Nous avons parcouru environ 7 km. Une randonneuse nous rejoint pour la boucle de l’après-midi.

Après le repas, avant de repartir, j’informe les patrons de l’auberge que nous serons 6 à venir souper. Et nous voilà en route pour la 2e partie de notre périple.

Nous faisons d’abord en sens inverse le chemin qui relie l’auberge de la Féraugière au carrefour tout près de la maison d’un garde forestier, précédemment évoqué. A ce croisement, nous obliquons à gauche et entrons dans la forêt domaniale de Marche-les-Dames. Dans le 1r tournant à droite, nous prenons le 3e sentier à gauche, en forte montée. Très vite, les calories accumulées pendant le repas s’évacuent.

100_0395.JPG

 

Après une solide grimpée, nous suivons, dans un 1r temps, une balise locale « rectangle bleu » que nous abandonnons, momentanément, au profit d’un balisage jaune, identique à celui employé dans les « PR » en France. Nous arrivons bien vite en bordure de falaise d’où, à 2 reprises, nous profitons de magnifiques vues sur la vallée de la Meuse avec, à main gauche, les carrières de Wartet ; en face de nous, le village de Bossimé ; à main droite, Beez : son port de plaisance, son chantier de constructions navales et son viaduc autoroutier.

Nous continuons à suivre ce sentier de crête jusqu’à ce qu’il devienne dangereux à emprunter. Nous gagnons alors une allée plus large mais défigurée par des engins forestiers surdimensionnés. Après quelques hectomètres, nous passons au large du mur d’enceinte hémisphérique indiquant le site d’où, le 17 février 1934, le roi Albert I fit une chute mortelle.

Peu après, au pied d’un balisage « rectangle bleu », nous allons tout droit et entamons rapidement une descente acrobatique à travers une pente raide en direction d’une large allée forestière à laquelle nous arrivons non sans mal. Après avoir bu et nous être reposés quelque peu, nous suivons la large allée forestière dans le sens de la montée.

 

100_0390.JPG

 

Sans nous laisser distraire par les voies latérales, nous arrivons, au sommet, à un carrefour multidirectionnel. Nous empruntons le 2e chemin à gauche, toujours aussi défoncé que les précédents. Après environ 1 km, nous arrivons à un carrefour en croix. Nous continuons tout droit. Nous agissons de même au croisement suivant. Bien vite, à main droite, nous apercevons des campagnes et les premières maisons de Boninne.

300 m après, le chemin (boueux) suivi tourne à 90° vers la gauche et arrive à un carrefour. Nous prenons à droite. A son terme, ce petit chemin, qui s’est mué en servitude entre des propriétés, aboutit à une rue asphaltée de Boninne. Nous tournons à gauche.

Après environ 80 m, nous arrivons à une nouvelle bifurcation. Nous allons à droite et apercevons nos voitures qui nous attendent sagement. Nous avons ainsi parcouru 15 km en tout. Au moment où nous réintégrons nos voitures, la pluie se met à tomber.

Celles et ceux qui le veulent viennent prendre un verre à « La Féraugière ». Comme je l’ai mentionné plus haut, 6 participants décident de prolonger la journée par un repas festif pris dans le même établissement, à l’incomparable rapport qualité/prix.

 

Avertissement : Contrairement à ce qui est mentionné dans le calendrier déjà envoyé, la prochaine rando se déroulera le 16 février (et non le 23 comme annoncé) au départ de l’église d’Haltinne.

100_0389.JPG

 

10:46 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |