01/06/2012

Randonnée Gendron Lesse

 

Compte rendu de la rando AR du 27 mai 2012 par Jean-Marie, le guide

Ce dimanche 27 mai, il fait un temps magnifique : soleil éclatant, ciel bleu azur, températures agréables. Bref, tous les ingrédients sont réunis pour une rando réussie.

A 10h45, nous nous trouvons à 10, prêts à prendre le départ pour une boucle d’environ 18 km au départ du parking de la gare de Gendron, à 2 pas de la Lesse et à côté de l’auberge éponyme.

Après que j’aie quelque peu expliqué le parcours qui nous attend, nous démarrons … et attaquons rapidement une montée soutenue en sous-bois. En 3 étapes, elle nous conduit sur le plateau où se trouve niché le village de Gendron. De là, la vue porte sur Custinne et bien au-delà : aucune brume ne vient altérer notre perception des lointains.

Via le chemin de Gozin, nous plongeons vers la vallée de l’Iwoigne, 1re difficulté du circuit. Entre le village de Gendron et l’Iwoigne (un affluent de la Lesse), il nous faut traverser un bois assez pentu. Il y a quelque temps déjà, une forte tempête a ravagé la région. Pendant plusieurs mois, l’endroit où nous nous trouvons a été interdit : de nombreux arbres couchés au sol rendaient le sentier impraticable et particulièrement dangereux.

Depuis lors, les bûcherons ont fait leur œuvre et ont tracé un sentier qu’il faut toutefois suivre attentivement pour ne pas le perdre et qui, de toute façon, louvoie entre des souches et autres branches qui jonchent le sol encore aujourd’hui. Au bas d’une descente mouvementée, nous traversons l’Iwoigne sur une passerelle bétonnée et nous suivons brièvement son cours vers l’aval. Nous faisons une pause dans un coude du chemin, à l’endroit précis de la confluence entre l’Iwoigne et la Lesse. Cette dernière rivière est envahie par les kayakistes, nombreux en ce beau jour. Le légendaire calme de la vallée est mis à mal.

Après cette halte, j’emmène mes randonneurs à l’assaut de la forêt d’Ardenne. La grimpée est longue et rude, nécessitant un arrêt de réhydratation aux ¾ de la montée. Au sommet, nous aboutissons à un large empierré qui, moyennant traversée d’une belle forêt, nous amène au golf d’Ardenne, un des plus huppés du pays. C’est, en fait, tout ce qu’il reste du château d’Ardenne, construit sous Léopold I et rénové sous Léopold II. Il faisait partie d’une grande chaîne internationale d’hôtels de grand luxe et employait une centaine de personnes. Victime d’un incendie en 1968, ce magnifique domaine n’existe plus. Seule, la Tour Léopold subsiste, pour la plus grande joie des joueurs de golf.

Nous nous installons à proximité d’un amphithéâtre de pierre en demi-cercle pour prendre un apéro bien mérité.

Après cette pause, nous continuons quelque peu notre traversée de la forêt d’Ardenne avant d’aboutir à un carrefour où nous suivons les marques blanches et rouges du GR 577 (tour de la Famenne) qui nous font dévaler sans problème jusqu’à Houyet. Après avoir franchi le pont au-dessus de la Lesse, nous gagnons « Le Charlemagne » qui est en fait le restaurant du camping tout proche. Nous y prenons notre pique-nique de « midi » (à ce moment-là, il est 14h). 2 randonneuses, dont l’une est accompagnée de son chien, un magnifique épagneul de 7 mois, viennent nous rejoindre pour la boucle de l’après-midi.

Après le repas, nous retraversons la Lesse puis, pour regagner Gendron-gare, nous longeons le ruisseau en compagnie du GR 126 (Bruxelles – Membre/Semois). Plus aucune trace de kayakiste ! La Lesse a retrouvé son calme.

Après quelques kilomètres, nous voici revenus à la confluence Lesse – Iwoigne. Nous retraversons ce dernier ru sur la passerelle bétonnée que nous avons déjà empruntée au matin. De l’autre côté, nous tournons à gauche, toujours en suivant le GR 126, de manière à garder la Lesse à main gauche. Nous cheminons principalement en sous-bois et remarquons qu’en maints endroits, sur notre flanc droit, de nombreux arbres, victimes des tempêtes dont j’ai déjà parlé, jonchent encore le sol. Quant à la Lesse, son courant est parfois rapide.

Le parcours n’est pas aussi plat qu’on pourrait l’imaginer : de nombreuses montées et descentes (parfois assez accentuées) agrémentent le parcours. A 4 reprises, il nous faut même franchir des échelles métalliques et/ou des escaliers de pierre. A ces endroits un peu plus difficiles, je suis ravi de constater que la solidarité dans le groupe n’est pas un vain mot. Nous faisons une halte sous un pont ferroviaire et nous partageons des mignardises que plusieurs d’entre nous ont apportées.

Après environ 8 km de magnifique cheminement dans une nature luxuriante, nous aboutissons à la route Celles – Hulsonniaux que nous suivons vers la droite. Après être passés sous un 2e pont ferroviaire, nous regagnons le parking du départ.

Après l’effort, le réconfort : c’est bien connu ! L’Auberge de la Lesse, toute proche, nous tend les bras. Nous prenons le verre de l’amitié à la terrasse. 6 participants décident de partager le repas du soir qui est, comme d’habitude, d’un très bon rapport qualité/prix. Je n’ai personnellement jamais été déçu par la cuisine de cet établissement renommé, faisant partie des « Logis de Belgique ». Nous nous séparons dans une bonne humeur contagieuse vers 21h.

Prochaine rando : 24/06. RV à 10h45 sur la Place du Monument à WINENNE (5 km au S-O de Beauraing)

21:41 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.