21/02/2012

Photos de la dernière randonnée

 

 

 

 

23:36 Écrit par Les organisateurs dans Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Commentaires de Jean-Marie

 

Date : 02/20/12 10:01:04
Sujet : compte rendu de la rando AR du 19 février
 

Compte rendu de la rando AR du 19/02/12 par Jean-Marie, le guide
 
Lorsque, le 19/02, vers 10 h 35, j’arrive sur la très grande Place de l’Armistice à Bois-de-Villers, où, en principe, il y a toujours des emplacements de parking disponibles, j’ai la très grande surprise de constater qu’elle est déjà remplie. L’explication est simple : l’église est remplie de paroissiens et l’office religieux a commencé à 10 h. Néanmoins, les participantes et participants à la rando, au nombre de 16, trouvent des endroits où il est leur est loisible de se garer.
Le quart d’heure d’attente académique passé, je rassemble les troupes et leur explique brièvement le programme de la journée ainsi qu’un peu de toponymie et d’histoire à propos du village d’où nous démarrons. Puis, comme les températures sont loin d’être estivales, nous nous mettons en route sans tarder.
En suivant les traces du GR 126 (Bruxelles – Membre sur Semois), nous traversons Bois-de-Villers et nous nous dirigeons vers la rue de la Sibérie. Au bout de celle-ci, toujours en suivant le “blanc et rouge”, nous entrons dans les bois où, grâce à un sentier sinueux à la déclivité assez marquée, nous ne tardons pas à arriver au célèbre point de vue de la Sibérie. De là, la vue s’étend sur Profondeville, la Petite et la Grande Hulle, la Meuse, les rochers et la station de traitement des eaux de Tailfer, Lustin sur les hauteurs avec le restaurant gastronomique du Belvédère accroché aux rochers.
Après avoir admiré comme il se doit ce superbe panorama, nous poursuivons la descente, toujours en suivant les marques du GR, doublées par des balises locales. Le parcours devient de plus en plus accidenté. Le secteur a été interdit durant toute une partie de l’année 2011, suite aux terribles tempêtes qui ont dévasté la région. Le sentier, jonché de troncs qui s’étaient abattus tels des châteaux de cartes sous l’effet des vents violents, était devenu très dangereux et, forcément, impraticable.
Si, depuis lors, le sentier a été rouvert aux randonneurs, les talus alentours portent encore de nombreuses cicatrices de cet épisode où le dieu Eole s’est déchaîné. Vu le nombre d’arbres qu’il a fallu abattre, la stabilité des dits talus s’en est trouvée amoindrie.
Au terme de cette descente parfois assez mouvementée, nous arrivons à un croisement au lieu-dit “La Grande Hulle” (altitude : 180 m). Après quelques instants de repos, nous poursuivons vers la droite, toujours en compagnie du GR et d’un balisage local “croix jaune”. Au carrefour en Y qui suit peu après, nous empruntons la voie de droite, toujours avec les balises susmentionnées.
Après quelques kilomètres de cheminement en forêt avec un très beau panorama sur notre gauche, nous arrivons au lieu-dit “Sur le Plain” (altitude : 175 m). C’est là que nous suivons un chemin en très forte montée, balisé par une “croix bleue”. En une longue ascension, il nous mène à la chapelle de la “Pierre à l’Image”. Après une petite pause récupératrice, nous poursuivons notre chemin qui devient horizontal, tout en restant en forêt.
500 m plus loin, nous nous arrêtons pour manger : il est environ 13 h. L’abri de chasse, que j’avais repéré au cours d’une reconnaissance, a été vandalisé. Nous décidons donc de manger dehors, assis sur des troncs accueillants. Le soleil ne tarde pas à faire son apparition. Le repas se déroule dans une joyeuse ambiance et est agrémenté de mille et une “petites choses” à partager. Foin de l’égoïsme et du repli sur soi, place à la solidarité et au partage ! Voilà qui cadre tout à fait avec l’esprit d’Amitié et Randonnée.
Nonobstant la présence de l’astre du jour, les températures ne se réchauffent pour ainsi dire pas. C’est pourquoi, le repas de “midi” dure moins longtemps que d’habitude. Pour éviter de se refroidir, il est temps de reprendre la route ! Toujours en suivant la “croix bleue”, nous arrivons, après quelques hectomètres de descente, à un carrefour de sentiers non loin de Burnot. Là, nous obliquons à droite en suivant la balise locale “rectangle bleu-blanc-bleu”. Le chemin ne tarde pas à s’élever pour aboutir dans la campagne Landen. Devant nous, à “11 h”, nous apercevons le village d’Arbre, tandis que, derrière nous, à “20 h”, la haute antenne de télécommunications de Rivière semble gratter le ciel pour le débarrasser des voiles nuageux qui le parsèment encore.
A un carrefour très mal signalé en plein champ, nous obliquons à droite en direction d’un bois. Le chemin que nous y suivons grimpe rudement, et pendant pas mal de temps, vers Bois-de-Villers. A la sortie du bois, nous arrivons à un carrefour avec une rue asphaltée. Nous allons tout droit et nous continuons à monter, suivant une pente plus douce. Pratiquement au sommet, nous empruntons un passage herbeux entre des prés. Au croisement avec la rue Emile Mahaux, nous poursuivons tout droit en compagnie de la balise “losange vert”.
Au croisement avec une autre rue asphaltée, nous allons à gauche, toujours en suivant le “losange vert”. Au premier carrefour rencontré, nous quittons le balisage et empruntons un minuscule sentier dont l’accès est interdit aux cavaliers et aux engins motorisés. Il nous permet de rejoindre la rue François Steignier que nous empruntons vers la droite. Après quelques hectomètres, nous arrivons à un carrefour et nous tournons à droite. Peu après, derrière une maison en grès mosan magnifiquement restaurée, nous tournons à gauche et nous suivons ainsi un petit sentier balisé par le GR 126. Au bout du compte, nous rejoignons la rue jules Borbouze. En la suivant vers la droite, nous ne tardons pas à revenir au point de départ. Trois randonneuses nous quittent alors.
Comme les cafés bordant la Place de l’Armistice sont fermés, les 13 personnes restantes décident de prendre le verre de l’amitié dans un autre établissement situé non loin de là, au carrefour des routes “Bois-de-Villers – La Plante et Malonne – Profondeville”. Pendant que nous dégustons nos boissons bien méritées, survient un petit épisode de grésil, bien éphémère heureusement.
Vers 17 h 50, 6 membres du groupe reprennent les voitures pour revenir rue Jules Borbouze à Bois-de-Villers pour finir la journée par un bon repas à la “Pizzeria d’Italia”. L’ambiance est, comme toujours, à la convivialité.
 
Prochaine rando : 25 mars. RV à 10h45 sur la Place Communale d’ANTHEE.
 

 

23:30 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/02/2012

PROCHAINE BALADE

 

 

 

Randonnée du dimanche 19 février 2012

 

Thème : sur les hauteurs de la Meuse.

 

Départ : 10h45 devant l’église (moderne) de Bois-de-Villers, place de l’Armistice.

 

Bref descriptif de la rando :

Notre 2ème balade de la saison 2012 démarrera de la Place de l’Armistice, devant l’église moderne de Bois-de-Villers. Par de pittoresques sentiers campagnards et forestiers, nous gagnerons les bois de Profondeville. Le point de vue de la Sibérie nous offrira un panorama grandiose sur une bonne partie de la vallée de la Meuse, avec les villages de Profondeville, Godinne et Lustin.

A la fin d’une descente mouvementée qui nous fera, plus d’une fois, songer à des sentiers de montagne, nous passerons à l’arrière d’un pittoresque quartier de Profondeville. Tout en restant dans les bois, nous nous élèverons à nouveau pour gagner la chapelle de la Pierre à l’Image.

Nous reviendrons ensuite à notre point de départ en continuant à progresser dans les bois de Profondeville puis via la Campagne Landen.

 

Longueur totale du circuit : 15 km, relief parfois assez accentué.

 

Pique-nique de « midi » : vers 13h, sous abri en pleine forêt

 

Retour aux voitures :vers 17h00.

 

Participation aux frais : 6 euros par adulte.

 

A ne pas oublier : vos boissons, votre pique-nique de midi et, pourquoi pas, un petit truc à partager (apéro, friandises …)

 

Remarque : après rando, possibilité de resto à prix démocratique.

 

Rappels :

  • Nous demandons la tenue en laisse des chiens tout au long de la balade et une progression silencieuse dans les bois.

  • L’organisateur ou toute autre personne ne pourra être tenu pour responsable en cas d’accident, l’activité se déroulant aux risques et périls des participants.

 

Pour en savoir plus sur les activités d’Amitié et Randonnée :

http://amitie-et-randonnee.skynetblogs.be/

 

Responsables :

Jean-Marie : 0477/ 78 98 06

Jacques : 0495/ 77 39 63

18:32 Écrit par Les organisateurs dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/02/2012

Photos de la randonnée ( JeaMarie)

22:34 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires, Photos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Commentaires de Jean-Marie

Compte rendu de la rando AR du 29 janvier 2012 par Jean-Marie, le guide
 
Contrairement aux prévisions optimistes de notre météo nationale, le ciel, en ce 29 janvier de l’an de grâce 2012, est plutôt bouché et les températures, pas très chaudes. Néanmoins, 11 courageux randonneurs relèvent le défi et sont prêts à parcourir les 15 kilomètres prévus.
Après le quart d’heure académique d’attente d’éventuels retardataires, nous quittons le point de départ : la place Baudouin I à Bouge. Via les rues St-Luc, de Coquelet, Charles Simon, Raymond Geminne, de Sardanson, nous arrivons à la chaussée de Louvain que nous traversons. De l’autre côté, nous empruntons une petite servitude asphaltée à l’arrière des magasins C§A, puis, via les rues du Vallon et des Cognassiers, nous aboutissons à la rue Frères Biéva qui marque la séparation entre les anciennes communes de Bouge et Vedrin.
150 mètres plus loin environ, nous quittons l’asphalte pour nous hisser jusqu’au quartier vedrinois du Transvaal grâce à un petit sentier. A son extrémité, nous enchaînons quelques rues qui nous permettent de traverser ce beau et calme quartier résidentiel. Nous arrivons ainsi à la route Namur-Vedrin que nous suivons vers Namur pendant quelques hectomètres. Nous la quittons peu après la salle paroissiale St-Vincent, surmontée d’une chapelle. Nous suivons alors une sente herbeuse qui nous permet d’arriver à la rue Fernand Derenne que nous prenons vers la droite. Nous longeons un nouveau quartier résidentiel et nous ne tardons pas à emprunter le beau chemin des Hauts de Bomel qui nous mène au Ravel 2, l’ancienne ligne de chemin de fer reliant Namur à Tirlemont, inaugurée en 1869 et supprimée en 1960.
Environ 1,5 km plus loin, nous prenons l’apéro peu avant la superbe ferme de Frizet. Nous suivons ensuite une petite piste herbeuse, parallèle au Ravel mais située de l’autre côté du ru de Frizet. La fin de la piste nous permet d’entrer dans Vedrin. Via les rues Matagne, des Fosses à Plomb, elles-mêmes suivies d’une servitude asphaltée, nous arrivons rue Guidet où, en face de l’église de Vedrin Centre, nous attend le café “Le Grognard” dont les patrons ont mis une salle chauffée à notre disposition. Il est 13 heures et nous avons l’estomac dans les talons.
Après ce repas bien mérité, nous reprenons la route. Grâce à un enchaînement de ruelles, nous rejoignons le Ravel 2 que nous suivons jusqu’au bas de la ferme de Frizet, déjà citée. Nous grimpons rudement la rue éponyme. Au sommet, nous croisons la rue des 7 Voyes que nous suivons vers la gauche mais que nous quittons bien vite pour emprunter la rue Gueulette. Lorsque nous arrivons au carrefour situé au lieu-dit “Les 3 Bonniers”, nous allons tout droit en compagnie de la rue Terwagne que nous délaissons, 200 m plus loin, au profit d’une sente asphaltée en descente vers la rue Martin Lejeune. Nous empruntons cette dernière pendant environ 80 m puis nous la quittons au profit de la rue Sans Souci en forte montée. Au carrefour du sommet, nous tournons à gauche dans la rue Pierre Thomé. Celle-ci, après quelques hectomètres, se termine en cul-de-sac.
Néanmoins, nous continuons tout droit et empruntons ainsi un boyau permettant de passer sous l’E411. A la fin du passage, nous tournons à droite et entrons dans Champion. Grâce à la rue Pré Collet, nous arrivons à la chaussée de Louvain, très fréquentée en tous temps. Nous la traversons et montons le long du mur de clôture de l’Institut des Sœurs de la Providence. Après l’école primaire et peu avant une chapelle, nous empruntons, à droite, un sentier herbeux qui passe au large de la ferme Du Sart et qui, au sommet du plateau, sépare des prairies.
Après une courbe à gauche, le sentier suivi surplombe l’E411 en la laissant à main droite en contrebas. Au carrefour qui se situe peu après, nous allons tout droit et nous nous dirigeons vers une déchèterie et une centrale électrique, en bordure du chemin de Boninne que nous suivons vers la droite. Nous empruntons un tunnel passant sous l’E411. Après 400 m, nous arrivons à un carrefour dangereux. Nous traversons tout droit et nous ne tardons pas à longer les Vergers du Moulin à Vent, une coopérative fruitière qui vend ses produits sous le label de l’ORPAH. Nous sommes revenus à Bouge.
Via les rues Piersotte et Delimoy, nous aboutissons à la rue St-Luc, en face de la clinique éponyme. Il ne nous reste plus qu’à nous diriger vers la gauche et à effectuer la dernière montée de cette rando. Au sommet, nous aboutissons place Baudouin I, point de départ de la rando. Il est 16h30.
Certains décident de nous quitter ici ; les autres vont prendre le verre de l’amitié. Parmi ces “derniers des Mohicans”, 7 prolongent la journée par un bon repas à la taverne-restaurant “La Brasserie” à Bouge. Comme toujours, l’ambiance est à la fête et c’est à regret que nous nous séparons, en nous promettant de nous retrouver la prochaine fois.
 
Prochaine rando : 19 février. RV à 10h45 devant l’église (moderne) de Bois-de-Villers, place de l’Armistice.

22:27 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |