08/06/2011

Balade aux lacs de l'Eau d'Heure

Balade du dimanche 1 mai 2011 aux lacs de l’Eau d’Heure

Parmi les balades de l’Eau d’Heure, la boucle de la Plate Taille est une des plus longues : 17 km.

Après le rendez-vous au centre d’accueil, nous voilà partis, en voiture, pour rejoindre, de l’autre côté, le vrai point de départ, à l’entrée de l’ancien aérodrome. C’est Armand qui nous mène, par un chemin de campagne d’abord, vers l’entrée du domaine de l’Adeps, pour longer des petits bois, assez proches des rives. De temps en temps, courte descente puis remontée pour franchir un ruisseau, souvent à sec. Nous pénétrons dans le bois du Grand Oupia, tantôt sur chemin, tantôt sur sentier. C’est là que je découvre un sceau de Salomon en fleurs : je demande à Nicolas de le prendre en photo.
Pour prolonger le plaisir, nous rejoignons la campagne pour retourner vers le bois aussitôt et rejoindre la berge. Nous arrivons à la crique des cabiniers, une des plus belles du lac. Il nous faut un bon bout de temps pour en faire le tour, avec chaque fois un point de vue différent sur le lac et ses voiliers. Nous arrivons enfin au club de voile, où nous attend la voiture de Jean-Marie et l’apéro.

Ensuite, nous poursuivons le tour et arrivons rapidement au club de plongée où nous rejoignons Diane pour le pique-nique au grand air. Il fait bon, il fait chaud.

Nous repartons vers le barrage, 790 m de longueur et 70 m de hauteur, que nous traversons, non sans regarder et admirer, à gauche le lac de la Plate Taille, imposant par sa taille –c’est le cas de le dire- et sa capacité (68 millions de m³, de quoi donner à boire à tous les habitants de la planète durant 5 jours) et à droite, en contrebas, le lac de l’Eau d’Heure, plus long mais très étroit, mais aussi le petit lac de Falemprise tout proche, et ceux du Ri Jaune et de Féronval invisibles au loin. Le contour de tous ces lacs est supérieur aux 67 km de la côte belge.

A l’autre extrémité du barrage, un marchand de glace fait son beurre. Nous passons devant le centre d’accueil pour nous éloigner du lac par la ferme du Rossignol. Nous filons plein Nord vers le village de Erpion. Au lieu dit « Les Quatre Chemins », qui n’en comptent que trois, nous retournons sud-ouest vers le lac. Nous passons le long du village de vacances de la Plate Taille, où de nouveaux quartiers sont en construction. Nous voilà à nouveau dans le bois. Nous contournons l’extrémité du lac, quittons le bois pour marcher maintenant le long du lac. Une crique nous barre le passage. L’autre rive n’est qu’à 150 m, mais il faut marcher 1 km pour en faire le tour avec à l’extrémité un petit passage délicat plutôt boueux. On continue par de vagues chemins herbeux, pour finir piégés dans le centre Adeps, clôturé de toutes parts, sauf le long du lac, ce qui nous avait permis d’y pénétrer. Heureusement, l’aimable personne qui s’occupe du centre nous ouvre la grille, sinon nous aurions dû loger sur place, ou rebrousser chemin et remonter par l’ancien aérodrome.

Nous remontons par le premier chemin emprunté au matin pour rejoindre les voitures et filer au club de voile pour le verre de l’amitié.

En résumé, une jolie balade, sans difficulté, avec de beaux paysages et points de vue variés.
Armand a su éviter les routes et chemins de Ravel asphaltés pour nous emmener par de petits sentiers ou chemins tranquilles et champêtres.

 

Yves (désolé pour le retard)

23:15 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.