29/10/2010

Fallais-Commentaires de Jean-Marie

 

Randonnée pédestre en boucle à Fallais, le 24 octobre 2010 : texte de Jean-Marie, le guide.

Ce mois-ci, pour la 2e fois consécutive, « Amitié et Randonnée » se rend dans la province de Liège. Le point de départ de la rando de 20 km est fixé à Fallais, pittoresque village situé au cœur d’un triangle constitué par les villes de Huy, Andenne et Hannut.

Durant toute la balade, nous parcourrons une partie du parc naturel des vallées de la Burdinale et de la Mehaigne dont plusieurs sites sont classés « Natura 2000 », le réseau européen de sites de biodiversités remarquables.

Comme la météo a annoncé un temps catastrophique pour toute la journée, on ne se presse pas au portillon ! Quand l’heure du départ sonne, nous sommes 5 en tout, moi, le guide, y compris !

Et pourtant, contrairement aux prévisions, le ciel est bleu, parfois garni de nuages, et le soleil brille. Alors, en route !

Après avoir brièvement présenté le parc naturel dans lequel nous sommes et le village de Fallais d’où nous démarrons, nous partons à la découverte des merveilles paysagères et architecturales du parcours. Nous passons ainsi, rue Krains (du nom d’un poète local), devant l’imposante maison d’un charron puis nous admirons une ancienne pompe à eau remise en état, la chapelle St-Roch et l’église Notre-Dame.

Nous arrivons, toujours à Fallais, au n°1, rue du Chardon. C’est là que se situe un ancien moulin banal. Son propriétaire actuel, monsieur Heine, se fait un plaisir de nous le faire visiter. Ses explications sont aussi claires que passionnantes. Grâce aux subsides de la Région Wallonne, la roue à aubes du moulin a été remise en état et tourne. Néanmoins, contrairement à son utilisation première (entraîner la machinerie permettant de moudre le blé), elle produit maintenant … de l’électricité !

Au terme de cette instructive visite de 3/4h environ, après avoir chaleureusement remercié monsieur Heine, ravi d’avoir eu un public aussi attentif et intéressé, nous reprenons la route, toujours en compagnie du soleil. Au sommet de la rue du Chardon, nous admirons une grosse ferme éponyme, datant du 12e s, aménagée autour d’une cour carrée. Ensuite, nous empruntons le GR564, qui fait le tour du Condroz liégeois.

Via un sentier tout à fait charmant, nous traversons le marais d’Hosdent, classé comme site remarquable par la Région Wallonne. A sa sortie, une fontaine représentant une rainette nous rappelle que les marécages sont un habitat de prédilection pour les batraciens.

Nous passons alors par Hosdent, petit hameau de la commune de Latinne. Il garde de multiples traces de son passé car, du 13e au 18e s, il a été le siège d’une importante seigneurie. Tour à tour, nous admirons l’ancienne Cour de Justice et, après être passé au-dessus de la Mehaigne via un pont, une ferme massive, autrefois seigneuriale.

Après ces 2 témoins du passé, nous quittons momentanément le GR564 et nous rejoignons le Ravel qui est, en fait, l’ancienne ligne ferroviaire 127 : Ciney – Statte – Huy. Nous l’empruntons en direction de … Fallais. Nous revenons pratiquement à notre point de départ car, à la place de l’ancienne gare, on a aménagé un bel espace vert garni de jeux pour enfants ainsi que de tables et bancs pour le pique-nique. Le soleil étant toujours de la partie, nous en profitons largement, en commençant par le traditionnel apéro offert par « Amitié et Randonnée ».

Comme nous sommes revenus à proximité des voitures, nous allégeons au maximum les sacs à dos à porter durant l’après-midi. Ensuite, nous reprenons la route, ou plutôt le Ravel, qui porte désormais les marques blanches et rouges du GR564. En sa compagnie, nous visitons le très beau village de Fumal qui contient, lui aussi, de petites merveilles architecturales : le château, l’église et la vieille cense.

Peu après, nous franchissons un pont sur la Mehaigne et nous changeons de GR. Nous empruntons désormais le 412, celui des terrils. Après avoir longé la Mehaigne qui se jette dans la Meuse à Huy, nous grimpons le Thier Mozon où nous rejoignons le GR564 qui arrive d’un autre côté. A la suite de ces GR momentanément fusionnés, nous entamons une rude montée qui, sur le plateau, nous conduit à la très belle ferme de Mozon. En chemin, une averse se met à tomber : elle ne sera que passagère et nous découvrons, à quelques km de distance, le parc d’éoliennes de Villers-Le-Bouillet. En arrivant à la ferme Mozon, nous avons la mauvaise surprise de constater qu’une battue est en train de se dérouler dans les bois tout proches. Impossible et, par ailleurs, follement dangereux, de passer ! Malgré notre déception, d’autant plus que ces bois sont superbes, nous sommes obligés de faire demi-tour et de trouver un autre chemin. J’ai ma petite idée là-dessus !

De retour au Thier Mozon, nous redescendons jusqu’au bas du hameau et nous empruntons le Ravel en direction d’Huccorgne. Tout va bien pendant environ 1,5 km puis, patatras ! Nous voyons à nouveau la même affiche que tout à l’heure. Ainsi donc, le Ravel est également  interdit ! Quelle guigne !  Heureusement, un vététiste vient à notre secours et nous indique un chemin qui, après être monté dans les champs, aboutit à une route goudronnée qui nous emmènera à Marneffe. Adieu donc le trajet par Huccorgne ! A tout prendre, il vaut mieux ne pas passer par là et gagner Marneffe qui, de toutes façons, est un point de passage sur le parcours initialement prévu. Nous rejoignons ce dernier via un petit sentier se faufilant entre des haies.

A la sortie du village, après le cimetière moderne, au lieu de suivre la rue du Buc vers la droite, nous empruntons, droit devant, un large chemin de terre qui entre dans les champs, en compagnie des balises blanches et rouges du GR412, lequel s’est séparé du 564 peu avant Huccorgne.

Au 1r carrefour rencontré, nous quittons tout balisage (aussi bien du GR que du parc naturel de la Burdinale – Mehaigne). Nous entamons un assez long parcours champêtre sur un superbe plateau avec les paisibles vallonnements propres au Condroz. De temps à autre, un bosquet  ponctue le paysage. A l’horizon, nous apercevons à nouveau les éoliennes de Villers-Le-Bouillet. Parfois, une averse nous oblige à sortir k-ways et capes de pluie. Mais tout cela n’est pas bien méchant et ne dure pas très longtemps.

Nous revenons sur les hauteurs de Fallais par le lieu-dit « Le Point du Jour ». Nous longeons le curieux oratoire en mémoire de « Dame Beaufays » puis, quelques hectomètres plus loin, de retour dans Fallais, nous empruntons la rue du Château au bout de laquelle nous découvrons une imposante forteresse de plaine. C’est un vaste quadrilatère flanqué, à ses angles, de tours circulaires en saillie. A l’avant, on voit encore les énormes cavités abritant jadis le mécanisme du pont-levis. Toute la construction est entourée de douves. Sa fondation remonte au 11e s. La chronique du château cite les noms de Charles Le Téméraire, de Louis XI et de Louis XIV comme autant de personnages y ayant résidé. Au fil des siècles, la forteresse a connu pas mal de vicissitudes. La dernière d’entre elles remonte à 1937. Cette année-là, un incendie a affecté l’aile septentrionale du château. Elle a été reconstruite depuis lors.

Après avoir, une fois encore, admiré ce bijou d’architecture militaire, il ne nous reste plus que 500 m à parcourir pour rejoindre le point de départ : le Ravel.

Après nous être changés, nous décidons de prolonger cette belle journée par un repas sympa. Nous gagnons le restaurant « La Galantine » à Latinne. Ce n’est qu’à 2 km ! L’accueil y est vraiment chaleureux et nous faisons réellement bonne chère. Une adresse à retenir, pour l’excellent rapport qualité/prix qu’elle offre.

Il est environ 22h30 quand nous sortons de l’établissement. Nous nous quittons, remplis du profond bonheur d’avoir goûté aux joies de l’amitié et de la randonnée.

Prochain rendez-vous : le dimanche  28/11, à l’entrée du Domaine provincial Valéry Cousin à Chevetogne, pour une rando de 20 km. Départ à 9h45.

 

 

 

04:14 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.