02/10/2008

Commentaires de la marche de Gendron

D’abord, présentation des nouveaux : Yves Clercq, la soixantaine (à peine), instit de formation, retraité encore actif (à l’école, à l’auto école, à la chorale entre autres), passionné de cartes (pas de jeu, mais cartes routières et I.G.N.) et d’astronomie.

Nicolas …

 

La balade du jour : de Gendron (gare) à Houyet, en passant par les crêtes et Gendron village, et retour le long de la Lesse ; un périple de 18 à 19 km.

P1010423-1

 

Le rendez-vous était fixé à l’auberge de la Lesse, à Gendron gare, à 10h45.  Il fait frais : 6 ° à l’ombre, et beau : plein soleil  Chacun se prépare : chaussures de marche, sac à dos, bâtons pour plusieurs.  Notre guide, Jean-Marie, vient nous saluer et expliquer un peu la journée, puis nous présente aux anciens.  Sympa !

 

A treize mais sans stress (le nombre), nous démarrons à 11h00.  Altitude de départ : 114 m.  Et çà démarre fort, on grimpe à flanc de coteau, par un sentier qui recoupe par trois fois la route qui mène à Gendron village.  On avance relax.

P1010416-2

On quitte la forêt pour traverser des champs et des prairies.  Arrêt devant trois superbes chevaux de races différentes : un beau pur sang, un islandais, et un autre, dit-on.  J’écoute, moi, je n’y connais rien en chevaux.

Nous arrivons au village de Gendron, qui culmine à 230 m, en plein soleil, çà fait du bien après être resté à l’ombre longtemps.  Nous croisons une dame qui arrose ses bacs de fleurs et nous salue aimablement.

Et on redescend, doucement d’abord, puis plus abruptement jusqu’au ruisseau Iwoigne ou Iwène, selon les sources, et qui se jette dans la Lesse 100 m plus loin.

Petite pause, ensuite, on attaque la pente suivante, raide au possible.  Mais, ô astuce, notre guide Jean-Marie nous mène par un sentier qui zigzague paisiblement.  Celui-ci coupe la fameuse pente 6 fois, 10 fois, je ne sais plus.  En chemin, on croise une petite construction, station de pompage peut-être ; sur la carte, la fontaine Léopold n’est pas loin.

P1010428-1

Au-dessus, nous arrivons à une jolie barrière fermée, privée, avec au-delà des pelouses bien entretenues, et une maison à colombages.  C’est le parc d’Ardenne, autrefois domaine royal, et racheté par un consortium qui en a fait un terrain de golf, que nous traversons sur un beau chemin carrossable.  Nous arrivons devant les vastes pelouses du golf, et nous nous arrêtons, pour nous asseoir cette fois, à un vaste et imposant demi cercle de sièges en pierre.  En face, au milieu des pelouses, une petite construction surmontée d’une petite tour nommée la tour Léopold.  C’est tout ce qui reste du château d’autrefois.  Ce vaste domaine culmine à 250 m.

Si l’on s’assied, c’est pour savourer l’apéro, une sangria apportée par notre guide qui fête justement aujourd’hui son anniversaire.  Chacun enlève une couche, ou deux : le soleil s’en donne à cœur joie.
Après avoir dégusté un verre, ou deux trois, mais pas trop pour ne pas « couper les jambes », on repart en poursuivant le même chemin qui traverse le domaine.  Des golfeurs vont et viennent avec leur caddie.  Et finalement, nous redescendons, plein sud-ouest, vers Houyet, en laissant à notre gauche un profond ravin.

 

C’est à 14 heures pile que nous arrivons au café restaurant « Charlemagne » : tartines, sandwiches, et, pour la plupart, une bonne soupe tomates.  L’ambiance est sympa, les conversations vont bon train.  J’entends beaucoup parler d' Armand !?!

P1010437-1


Après trois quarts d’heure de halte, on repart pour la deuxième partie : on retourne vers Gendron, toujours à droite de la Lesse, mais avec la ligne de chemin de fer tantôt à notre gauche, tantôt à notre droite.  La Lesse est bien sûr beaucoup plus sinueuse que le chemin de fer, qui franchit par trois fois la colline dans un tunnel, entre Houyet et Gendron.

Après un long passage trop calme, et après avoir traversé l’Iwoigne dans l’autre sens, les choses se corsent : le sentier devient abrupt pour franchir un promontoire au-dessus de la Lesse.  Pour franchir le sommet, il faut gravir une courte échelle parfaitement verticale.

Plus loin, on remet çà : une belle pente, un vilain escalier en béton, un autre, bien plus beau et rustique, en pierres naturelles, et enfin l’échelle dernier modèle.  Du sommet on domine la Lesse d’une cinquantaine de mètres.
Plus loin encore, un escalier de 69 marches (Jean-Marie les a comptées).

Tous ces passages un peu plus sportifs sont franchis sans trop de difficulté, l’un aidant l’autre lors d’un passage plus délicat.  Les bâtons aident parfois, mais s’il faut tenir la rampe d’une main, le rocher de l’autre, il vaut mieux confier les bâtons au suivant.

Parfois, nous longeons la Lesse au plus près, parfois celle-ci s’éloigne quelque peu.  Régulièrement nous voyons le terrain tout retourné par les sangliers.

Arrivés au point dit « Le Charrau » ou « Chérau », altitude 110 m, nous laissons à notre droite le sentier qui monte vers Gendron village, et continuons la descente le long de la Lesse, pour arriver à notre point de départ à 114 m d’altitude.  (cherchez l’erreur !)

Gendron approche : nous traversons un ancien camping abandonné pour cause d’inondations, nous voyons le nouveau camping de l’autre côté de la rivière.

Après un dernier escalier à grimper, on redescend pour enfin fermer la boucle entamée ce matin.  On se débarrasse de son sac, enlève les bottines, certains se changent, et on se  retrouve à la terrasse de l’auberge de la Lesse pour un bon verre, offert par Jean-Marie, c’est toujours son anniversaire.  A part la Chimay, on retrouve sur les tables toutes les bières de l’auberge.  Ma voisine a commandé un chocolat chaud, qui est tiède !

Le fond de l’air est frais, laiau, laiau…

Après les échanges d’adresses mail pour que nous puissions garder le contact, une moitié du groupe s’en va, l’autre reste pour un bon repas : truite meunière entre autres.

 

La journée m’a bien plu, à Nicolas aussi.  Le tour choisi était superbe, la balade relax, chacun sympa, et notre guide respecte les rythmes différents des marcheurs (ce n’est pas comme dans « Les randonneurs » avec Benoît Poelvoorde). 

Sauf pépin, on se retrouvera à Thon le mois prochain.

23:06 Écrit par Les organisateurs dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marlagne

 

Concert octobre 2008

12:03 Écrit par Les organisateurs dans chorale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/10/2008

Concert

affiche-vcvl-ST-Loup-A4

21:07 Écrit par Les organisateurs dans chorale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |