31/03/2008

Commentaire de Jean-Marie

Compte rendu de la randonnée à Evrehailles par Jean-Marie, le guide.
 Dimanche 30 mars 2008. Par une météo peu clémente, seize randonneurs se retrouvent, vers 10h45, devant l’église d’Evrehailles.

Passé le quart d’heure académique, le guide souhaite la bienvenue au nom d’Amitié et Randonnée dont il rappelle brièvement l’histoire. Puis, il donne quelques commentaires succincts sur la situation géographique, l’histoire et la vie économique du village aujourd’hui fusionné avec Yvoir. Dix minutes plus tard, la petite troupe s’ébranle  et, via un pittoresque sentier la faisant passer au large du cimetière, ne tarde pas à arriver à l’Avenue des Combattants, centre nerveux de la localité.

Au bout de la placette, on tourne à droite et on suit ainsi la rue du château aux abords duquel on ne tarde pas à arriver. Le guide invite les participants à pénétrer sous le porche d’entrée puis donne quelques rapides explications sur le château. Celui-ci, fief de la prévôté de Poilvache (au Moyen Age), garde un certain cachet avec ses tours circulaires, son donjon au bulbe caractéristique qui se mire dans l’eau de l’étang et les restes des douves. Il rappelle aussi que c’est à la ferme de ce château qu’en 1858, Martin Belot, fondateur de la brasserie de Purnode, brassait la première bière du Bocq. Après cette halte historique, le groupe poursuit son chemin.

 Après avoir traversé la route Yvoir – Purnode avec route la prudence requise, nous arrivons bien vite au carrefour en Y gardé par la chapelle N-D de la Salette.

 Nous empruntons la branche de gauche. Nous cheminons ainsi en rase campagne sur un chemin de terre quasi rectiligne. Heureusement, il ne pleut presque pas et le vent ne souffle pas très fort !  Au carrefour avec la route de Dinant, nous tournons à gauche et, grâce à l’asphalte que l’on est – pour une fois – heureux de trouver sous ses pieds, nous arrivons bien vite à Purnode. Comme aucun bus ne dessert la localité les dimanches et jours fériés, nous transformons l’abri du TEC en buvette improvisée.

Comme boissons, il y a le choix : sangria (qui rappelle un pays européen bien connu et qui a la chance de connaître un climat plus chaud que le nôtre) ou jus multifruits. A tour de rôle, les participants viennent se réchauffer. Tout le monde est d’excellente humeur et parle avec les autres. C’est aussi cela, « Amitié et Randonnée » !  L’apéro terminé, on se remet en route. En passant devant la brasserie du Bocq qui fête cette année ses 150 ans d’existence, le guide en profite pour retracer l’historique de l’entreprise, bien aidé dans cette tâche par de nombreux et beaux panneaux didactiques.

Encore quelques centaines de mètres, puis le groupe arrive devant le « Café de la Place » où a lieu la halte dite de midi (il est, à ce moment-là,  12h30). Nous mangeons le pique-nique que nous avons emporté ; certains en profitent pour déguster l’une ou l’autre spécialité brassicole du coin.  Environ 1h plus tard, nous reprenons la route. La météo, déjà menaçante au matin, se dégrade. Il faut donc bien se résoudre à enfiler les protections contre la pluie. En plus, les difficultés sur le terrain commencent. La rue Goïette, pavée, monte très fort. C’est donc un début de 2e partie assez exigeant sur le plan physique.

Au sommet, nous profitons de beaux panoramas

sur la région et nous laissons, à main droite, tout un parc d’éoliennes. Nous ne tardons pas à tourner à gauche et empruntons un large chemin de terre baptisé « route des bourriques ».

Au 2e croisement, nous tournons à droite et, au lieu-dit « En Spènè », nous rejoignons un beau chemin empierré donnant  accès aux anciennes carrières Bernard. Après franchissement d’un pont au-dessus d’une ligne SNCB, nous atteignons le Bocq aux eaux tumultueuses. 

 Au croisement qui suit, nous empruntons le chemin le plus à gauche qui longe la rivière au plus près. Inutile de dire qu’il y a pas mal de boue !  Après être passés 2X sous des ponts ferroviaires, nous arrivons à un carrefour en Y, en face d’une charmante petite cabane de pêcheurs.

 Nous obliquons à droite et ne tardons pas à prendre de la hauteur. Plus loin, la pente s’accentue. La file des randonneurs s’étire ! Au sommet, nous aurions pu profiter d’une belle vue mais la brume montante occulte tout le paysage. Qu’à cela ne tienne : ce sera pour une prochaine fois ! Ce n’est pas ce genre d’incident qui pourrait entamer notre moral d’acier !

 Nous continuons encore un peu vers le nord-est puis nous empruntons, vers la gauche, un sentier forestier qui s’élève et aboutit, en quelques centaines de mètres, à un carrefour. Nous tournons une nouvelle fois à gauche et suivons, vers l’ouest, une belle allée forestière en descente vers Bauche. 

 Sur l’asphalte, nous longeons un gîte. Au carrefour qui suit peu après, nous laissons le Bocq à main gauche puis nous ne tardons pas à apercevoir le moulin, magnifiquement restauré.  Nous empruntons le chemin forestier qui passe non loin de la grille d’entrée puis, un peu plus loin, à un carrefour en Y, nous suivons la branche de gauche. 2 km de rude montée nous attendent. L’état détrempé du terrain ne facilite pas notre progression et, à certains moments, on se croirait dans les dessins animés où les personnages patinent sur place sans avancer ! Aussi, c’est avec soulagement que nous retrouvons l’asphalte de la rue « Haie aux Faux », d’autant plus que la pluie s’intensifie.

Au sommet de la côte, nous tournons à droite en direction du hameau de « Jauviat ». 50 m plus loin, entre un garage et un poteau électrique, nous obliquons à gauche et empruntons une petite servitude qui, en quelques pittoresques lacis, nous ramène à notre point de départ.

 Après l’effort, le réconfort ! Nous remontons dans les voitures. Cap sur Purnode et son accueillant café de la Place où nous dégustons, qui une boisson chaude, qui une bonne bière locale.

7 d’entre nous se retrouvent ensuite autour d’un menu tout simple (boulettes sauce tomate – frites), à un prix vraiment démocratique, dans une chaleureuse ambiance qui véritablement noue les amitiés. Tous, nous sommes heureux d’avoir vécu une belle journée ensemble et nous nous jurons de remettre ça le 27 avril à Warnant tout en espérant que la météo sera plus favorable ! 

18:03 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Quelques photos prises lors de la rando par notre ami Daniel

Rassemblement avant le départ

Rassemblement avant départ

 

A l'entrée du château

A l'entrée du château

Eglise d'Evrehailles

Eglise d'Evrehailles
Entrée de la brasserie du Bocq

Entrée de la brasserie du bocq

Face à la brasserie

Face à l'église d'Evrehailles

La brasserie, l'église, le café...

La brasserie_l'église et le café

La cabane des pêcheurs
Ci-dessus, la cabane des pêcheurs...

L'ancienne brasserie d'Evrehailles

La ferme du château

Le groupe patauge

Le groupe patauge

Le groupe sous la pluie

Le groupe sous la pluie

Le moulin de Bauche

Le moulin à eau de Bauches

Moulin en ruine le long du Bocq

moulin en ruine le long du bocq

 

 

10:47 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/03/2008

Notre prochaine balade !

Notre prochaine balade

Dimanche 30 mars

Thème : découverte de la vallée du Bocq

N'oubliez pas d'emporter votre pique-nique, vos boissons et, pourquoi pas, un petit truc à partager !( apéro, vin, friandises....)

chien_155Chien tenu en laisse !

Vers 12h30' nous prendrons notre pique-nique au "Café de la Place à Purnode"

10H45' devant l'église d'EVREHAILLES

Pour notre troisième balade de la saison 2008, nous partirons d'Evrehailles, un pittoresque village situé sur les hauteurs d'Yvoir.

Par un beau chemin, nous atteindrons Purnode, à environ 5km de notre point de départ.

Non loin de la célèbre brasserie nous prendrons notre pique-nique de midi au "Café de la Place".

Après nous être restaurés, nous reprendrons la route via d'agréables chemins et sentiers qui nous feront parcourir quelques coins magnifiques de la vallée du Bocq.

 Ainsi, nous passerons pas loin de Durnal, puis nous aboutirons à Bauche. Ensuite, nous reviendrons à Evrehailles via la "Plaine du Moulin" et la "Haie-aux-Faux". Nous rejoindrons l'église de la localité grâce à des servitudes heureusement préservées .

Nous regagnerons nos voitures vers 17h30' après avoir bouclé un parcours d'une quinzaine de kilomètres .

Prochaine rando le 27/04 devant l'église de Warnant  à 10h45'!

P.A.F. 6 € ( gratuit pour enfants <12 ans )

L'organisateur ou toute autre personne ne pourra être tenu pour responsable en cas d'accident ou tout autre problème, l'activité se déroulant aux risques et périls des participants !

Pour s'inscrire : 081/ 21 29 38 ou 0477/78 98 06

17:44 Écrit par Les organisateurs dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/03/2008

Marche de Daussoulx ( commentaires et photos )

Marche Adeps à Daussoulx !


103_0473

Nous n'étions pas très chauds pour cette formule au départ ! Daussoulx et son échangeur nous promet une balade dans un carcan sonore de voitures saturant nos oreilles d'un bruit de fond  généralement lancinant et fort peu musical !

L'envie de faire plaisir à Jean-Marie, notre guide d'"Amitié & Randonnée", l'emporte sur toute autre considération ! Il semble ravit de notre présence, tout comme les autres organisateurs qui nous reconnaissent !

 

103_0492

De ci delà, on découvre des maisonnettes fort bien restaurées pour autant bien sûr que l'on s'attendrisse à la vue des nains de jardin et des fleurs en plastique plantées dans des brouettes bancales ! Moi, j'adore ...si si !

 

103_0495

 Les chemins de campagnes se faufilent agréablement entre les berges des ruisseaux tandis que des drèves pleines de charme (quoique plantées de peupliers), encadrent notre groupe, ma foi de très bonne humeur !

Le soleil fait son appartion !

 

103_0502

Ici, un calvaire semble posé sur une fourche maîtresse d'un arbre ! Là, deux arbres fusionnent dans un amour sans fin ...amants pour la vie, réunis par l'écorce, les branches, le coeur et ...le temps !

103_0529

 

Tout devient léger ...j'entends chanter le troglodyte mignon, l'accenteur mouchet, le pinson, les mésanges charbonnières et bleues ....

La fantaisie ne manque pas ! C'est cocasse, ne trouvez-vous pas ?

103_0543

 

103_0517

Même les noisettes s'accrochent ! Ici il faut tenir ...l'environnement, parfois un peu à l'état de ruine industrielle n'a pas encore atteint son harmonie paysag  ère et les ruisseaux ne sont que de pauvres égoûts à ciel ouvert envoyant leurs effluves jusqu'au seuil des maison ! 

Jean-Marie a beaucoup de mérite, dans ces conditions, d'organiser une marche agréable et nous, de persévérer dans notre recherche du beau et de l'insolite !

103_0504

Un noisetier nous offre ses fleurs femelles et mâles  (les femelles ce sont les petites fleurs parme au-dessus )( voir photo de Fernand lors d'un précédent commentaire )

A dimanche, j'espère pour une balade soft, comme celle d'aujourd'hui !( 10km700 quand même)

Jacques

 

 

 

17:00 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marche de Daussoulx

HPIM2712
De : fernand.lacroixDate : 2/03/2008 20:25:40A : Jacques BertrandSujet : commentaire de la marche du 2 mars... 
Marche  Adeps du 2 mars 2008 :   Daussoulx  Vedrin  Frizet  Emines.  Beaucoup de nuages dans le ciel mais…très peu de pluie ce dimanche : les gouttes étaient aussi dispersées et invisibles  que les randobloggeurs !   

 

HPIM2710


 

Las, la majorité des présents s’étant recomptée sans difficulté il n’y eut pas d’abstention  lorsqu’il fut proposé de rejoindre la marche Adeps de Daussoulx, organisée par les amis de nos amis : « Amitié & Randonnée . » 

 Petit départ différé via le jardin de l’ancien presbytère, dont le mur de clôture est classé : en effet sa technique de construction à base de pierre et d’un mortier de chaux, de sable et de farine de lin ne se retrouve que dans 4 ou 5 ouvrages en Belgique…dont la cathédrale Ste Gudule à Bruxelles. Dont  l’un des maîtres d’œuvre fut « navetteur avant l’heure »,  de Daussoulx  (ou de Bruxelles) puisque l’on retrouve dans les 2 bâtiments des os de mouton (creux) incorporés à la maçonnerie comme drains. C’est signé !  HPIM2714

 

 Ensuite nous marchons vers Vedrin centre et sa gare, croisant et recroisant le Ravel dans un lacis de sentes  et de tunnels pour piéton qui suivent les anciens « chemins de vache », permettant aux anciens et à leur bétail de rejoindre les parcelles morcelées par l’implantation de cette ligne de chemin de fer, en 1869.

 Il est étonnant de constater que l’Eglise actuelle de Vedrin ne date que de 20 ans avant l’installation de la ligne, l’ancien centre du village étant-depuis la période gallo romaine- installé au bord du ruisseau au lieu dit Frizet.

Nous croisons quelques belles ruines, de belles restaurations aussi et -énigme du jour- une hélice nautique assez monumentale abandonnée au fond d’une cour  par un marin…invisible !

 Nous rejoignons donc Frizet en suivant le Ravel qui s’enfonce au flanc de la colline dans des ravines taillées dans des rochers de l’ère primaire. Vu en passant de jolies « étoiles », graines de glycines sauvages que le vent fort n’à  pu décider à entamer leur  « grand voyage » vers un petit coin fertile de ces sous bois. Soit dit en passant, remonter  en vélo de Namur à Daussoulx en plein été par ce Ravel est une bénédiction : les trois quarts du parcours se font à l’ombre des frondaisons de bouleau et noisetiers il y fait frais … Et en descente c’est grisant !

Nous passons aussi par le chemin nommé « Al chode ewe », je n’ai plus retrouvé d’explication certaine de ce toponyme mais je crois bien me rappeler (j’ai été à l’école pas loin de là) que ce lieu dit s’appelait ainsi parce que des résurgences  alimentaient les étangs en contrebas d’eau «  plus chaude » que les eaux de ruissellement et que ces étangs gelaient donc moins vite que ceux qui étaient alimentés par le ruisseau seul. D’où l’appellation « à l’eau chaude ». 

  Nous faisons un petit arrêt dans la cour de l’ancienne mine de Pyrite (sulfure de fer – pierre à briquet – or des fous) transformée depuis 1946 en site de pompage d’une eau légèrement ferrugineuse et traitée sur place (35000 M3-jour) pour alimenter partiellement la ville de Bruxelles.

HPIM2719

 Puis nous rejoignons ,dernière étape, les abords du fort d’Emines et ceux , moins bucoliques  de l’autoroute E42  dont le ronron lancinant nous accompagnera jusqu’ au point vert final .

 Nous y retrouverons quelques uns des plus de 500 courageux qui nous ont accompagné sur ce circuit varié de 10,8 KM S. Dimanche prochain s’annonce un peu plus ensoleillé…serez vous des nôtres ?

 Abye alors ! F.  

Commentaires
03-03-2008, 13:29:26
Du soleil dans nos cœurs!!! 2 mars 2008.
Sous un ciel de plomb nous avons entamé la balade, peu nombreux mais vigoureux.

Noyés par le brouhaha de l'autoroute (mais non… pas celle du soleil nondidjou) et entouré de la grisaille permanente mais emplis de la joie de nous retrouver, nous avons partagé un nouveau moment de plaisir.

De fait, les dimanches se suivent et se ressemblent puisque les plaisirs partagés se perpétuent en dépit des circonstances.

Saisir chaque moment pour en extraire et en partager l'essentiel… Quoi de mieux???

Allez, courage, sept dodos et on se retrouve!!!

A+ Claude : -)

16:56 Écrit par Les organisateurs dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |