31/03/2008

Commentaire de Jean-Marie

Compte rendu de la randonnée à Evrehailles par Jean-Marie, le guide.
 Dimanche 30 mars 2008. Par une météo peu clémente, seize randonneurs se retrouvent, vers 10h45, devant l’église d’Evrehailles.

Passé le quart d’heure académique, le guide souhaite la bienvenue au nom d’Amitié et Randonnée dont il rappelle brièvement l’histoire. Puis, il donne quelques commentaires succincts sur la situation géographique, l’histoire et la vie économique du village aujourd’hui fusionné avec Yvoir. Dix minutes plus tard, la petite troupe s’ébranle  et, via un pittoresque sentier la faisant passer au large du cimetière, ne tarde pas à arriver à l’Avenue des Combattants, centre nerveux de la localité.

Au bout de la placette, on tourne à droite et on suit ainsi la rue du château aux abords duquel on ne tarde pas à arriver. Le guide invite les participants à pénétrer sous le porche d’entrée puis donne quelques rapides explications sur le château. Celui-ci, fief de la prévôté de Poilvache (au Moyen Age), garde un certain cachet avec ses tours circulaires, son donjon au bulbe caractéristique qui se mire dans l’eau de l’étang et les restes des douves. Il rappelle aussi que c’est à la ferme de ce château qu’en 1858, Martin Belot, fondateur de la brasserie de Purnode, brassait la première bière du Bocq. Après cette halte historique, le groupe poursuit son chemin.

 Après avoir traversé la route Yvoir – Purnode avec route la prudence requise, nous arrivons bien vite au carrefour en Y gardé par la chapelle N-D de la Salette.

 Nous empruntons la branche de gauche. Nous cheminons ainsi en rase campagne sur un chemin de terre quasi rectiligne. Heureusement, il ne pleut presque pas et le vent ne souffle pas très fort !  Au carrefour avec la route de Dinant, nous tournons à gauche et, grâce à l’asphalte que l’on est – pour une fois – heureux de trouver sous ses pieds, nous arrivons bien vite à Purnode. Comme aucun bus ne dessert la localité les dimanches et jours fériés, nous transformons l’abri du TEC en buvette improvisée.

Comme boissons, il y a le choix : sangria (qui rappelle un pays européen bien connu et qui a la chance de connaître un climat plus chaud que le nôtre) ou jus multifruits. A tour de rôle, les participants viennent se réchauffer. Tout le monde est d’excellente humeur et parle avec les autres. C’est aussi cela, « Amitié et Randonnée » !  L’apéro terminé, on se remet en route. En passant devant la brasserie du Bocq qui fête cette année ses 150 ans d’existence, le guide en profite pour retracer l’historique de l’entreprise, bien aidé dans cette tâche par de nombreux et beaux panneaux didactiques.

Encore quelques centaines de mètres, puis le groupe arrive devant le « Café de la Place » où a lieu la halte dite de midi (il est, à ce moment-là,  12h30). Nous mangeons le pique-nique que nous avons emporté ; certains en profitent pour déguster l’une ou l’autre spécialité brassicole du coin.  Environ 1h plus tard, nous reprenons la route. La météo, déjà menaçante au matin, se dégrade. Il faut donc bien se résoudre à enfiler les protections contre la pluie. En plus, les difficultés sur le terrain commencent. La rue Goïette, pavée, monte très fort. C’est donc un début de 2e partie assez exigeant sur le plan physique.

Au sommet, nous profitons de beaux panoramas

sur la région et nous laissons, à main droite, tout un parc d’éoliennes. Nous ne tardons pas à tourner à gauche et empruntons un large chemin de terre baptisé « route des bourriques ».

Au 2e croisement, nous tournons à droite et, au lieu-dit « En Spènè », nous rejoignons un beau chemin empierré donnant  accès aux anciennes carrières Bernard. Après franchissement d’un pont au-dessus d’une ligne SNCB, nous atteignons le Bocq aux eaux tumultueuses. 

 Au croisement qui suit, nous empruntons le chemin le plus à gauche qui longe la rivière au plus près. Inutile de dire qu’il y a pas mal de boue !  Après être passés 2X sous des ponts ferroviaires, nous arrivons à un carrefour en Y, en face d’une charmante petite cabane de pêcheurs.

 Nous obliquons à droite et ne tardons pas à prendre de la hauteur. Plus loin, la pente s’accentue. La file des randonneurs s’étire ! Au sommet, nous aurions pu profiter d’une belle vue mais la brume montante occulte tout le paysage. Qu’à cela ne tienne : ce sera pour une prochaine fois ! Ce n’est pas ce genre d’incident qui pourrait entamer notre moral d’acier !

 Nous continuons encore un peu vers le nord-est puis nous empruntons, vers la gauche, un sentier forestier qui s’élève et aboutit, en quelques centaines de mètres, à un carrefour. Nous tournons une nouvelle fois à gauche et suivons, vers l’ouest, une belle allée forestière en descente vers Bauche. 

 Sur l’asphalte, nous longeons un gîte. Au carrefour qui suit peu après, nous laissons le Bocq à main gauche puis nous ne tardons pas à apercevoir le moulin, magnifiquement restauré.  Nous empruntons le chemin forestier qui passe non loin de la grille d’entrée puis, un peu plus loin, à un carrefour en Y, nous suivons la branche de gauche. 2 km de rude montée nous attendent. L’état détrempé du terrain ne facilite pas notre progression et, à certains moments, on se croirait dans les dessins animés où les personnages patinent sur place sans avancer ! Aussi, c’est avec soulagement que nous retrouvons l’asphalte de la rue « Haie aux Faux », d’autant plus que la pluie s’intensifie.

Au sommet de la côte, nous tournons à droite en direction du hameau de « Jauviat ». 50 m plus loin, entre un garage et un poteau électrique, nous obliquons à gauche et empruntons une petite servitude qui, en quelques pittoresques lacis, nous ramène à notre point de départ.

 Après l’effort, le réconfort ! Nous remontons dans les voitures. Cap sur Purnode et son accueillant café de la Place où nous dégustons, qui une boisson chaude, qui une bonne bière locale.

7 d’entre nous se retrouvent ensuite autour d’un menu tout simple (boulettes sauce tomate – frites), à un prix vraiment démocratique, dans une chaleureuse ambiance qui véritablement noue les amitiés. Tous, nous sommes heureux d’avoir vécu une belle journée ensemble et nous nous jurons de remettre ça le 27 avril à Warnant tout en espérant que la météo sera plus favorable ! 

18:03 Écrit par Les organisateurs dans Commentaires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.